David Casteu, saint-bernard de la piste

Après s’être arrêté plus d’une demi-heure pour porter secours à Pierre-Alexandre Renet qui venait de chuter, David s’est classé 60e de la 4e étape du Dakar, à 52’21’’ du vainqueur Goncalves, hier à Jujuy. « Mais la direction de course m’a dit que le temps que j’ai perdu me sera rendu dès demain matin » a-t-il indiqué avant de raconter sa journée : « Je suis parti ce matin avec un pneu marathon sur un rythme ‘‘marathon’’, mais je manquais de feeling. Au bout de 20 km, j’ai failli être surpris dans un virage, mais je ne suis pas tombé. Ensuite, j’ai roulé tranquille, la spéciale était très rapide, avec de grands bouts droits, à une altitude de près de 4000 mètres. Je n’ai eu aucun problème jusqu’à 20 km de l’arrivée. Je roulais avec Laia Sanz et Pierre-Alexandre Renet qui est tombé très fort. Il est resté inconscient dix minutes. Je me suis arrêté et j’ai attendu l’hélicoptère de secours. J’ai eu vraiment peur, il était inconscient au sol, je l’ai mis en sécurité et l’ai protégé avec une couverture de survie… Je suis reparti mais j’ai eu du mal à me remettre dedans. J’ai su plus tard qu’il n’avait pas de graves blessures. Mais en rallye-raid, tout peut s’arrêter en un rien de temps. C’est pourquoi je vais m’isoler dans une chambre d’hôtel pour me remettre dans l’esprit de la course ».

Harite Gabari retardé par une chute
Harite Gabari, victime d’une lourde chute, s’est classé 121e à 2 h 18’43’’ du vainqueur. Il est 111e du général, à 3 h 31’20’’ du leader.
« J’étais bien parti, mais j’ai été gêné par un quad et, quand j’ai voulu le doubler, il y avait beaucoup de poussière, je me suis déporté sur le côté mais il y avait un trou dans le virage et j’ai chuté. J’ai mal à la clavicule, au coude, au poignet, partout. J’ai roulé 400 km avec cette douleur, j’ai serré les dents. J’espère que je n’ai rien de cassé. Demain, je vais repartir, même si ma clavicule est cassée (je ne sais pas), je ne veux pas abandonner ! ».

Laurent Lazard s’est classé 58e de l’étape, à 51’47’’ du vainqueur. Il remonte à la 70e place du général, à 2 h 05’34’’ du leader.

Ce mercredi, arrivée en Bolivie à l’issue de la 7e étape Jujuy – Uyuni (642 km avec une spéciale de 327 km).

David Casteu : « Une spéciale très rapide !

David s’est classé 25e de la 3e étape du Dakar Termas de Rio Hondo – Jujuy, à 5’ du vainqueur Barreda, mardi. Le Niçois pointe à la 17e place du général, à 9’58’’ du même Barreda, le leader.
« C’était une spéciale très rapide, de style WRC, comme hier. Nous étions à fond tout le temps. Mais c’était une très jolie étape avec du pilotage ! Les jeunes me maltraitent ! Ils sont hyper rapides, ils ont roulé 200 km à fond. Mais je m’accroche, j’essaie de perdre le moins de temps par rapport à eux. Tout va bien, mes pneus vont très bien. Je me suis arrêté à la fin de la spéciale et il me reste encore 200 km sous une grosse pluie. Cela va être un peu difficile, mais il ne faut pas que j’arrive trop tard car mon mécano doit préparer la moto pour l’étape marathon (Jujuy-Jujuy, mercredi et Jujuy-Uyuni, jeudi) et je dois éviter de perdre du temps ».

Les pilotes du Team Casteu
Harite Gabari s’est classé 62e à 20’31’’ du vainqueur. Il est 78e du général, à 1 h 12’45’’ du leader.
« Hier (lundi) je suis parti 172e pour finir 71e dans la poussière des quads ! a raconté le pilote marocain. C’était une spéciale très rapide et dangereuse ! Il y a eu 4 ou 5 abandons. Aujourd’hui (mardi) je suis parti 96e à cause d’une pénalité. J’ai bien roulé, mais à la fin de la spéciale, on a eu de la pluie. Des trombes d’eau ! Je suis sorti trempé de la spéciale. Demain (mercredi) on attaque la première étape marathon, deux jours sans assistance ! »

Laurent Lazard s’est classé 80e de l’étape, à 12’45’’ du vainqueur. Il est 81e du général, à 1 h 13’55’’ du leader.
David parle du pilote de son team : « Laurent est un pilote ‘‘dakarien’’, qui a besoin de longues spéciales, comme moi. Il est toujours dans l’attente de ces étapes ».

David Casteu : « Content de démarrer enfin ! »

Pour son 13e Dakar, David s’est classé 13e de la 2e étape du Dakar, à 7’04’’ du vainqueur. Le pilote niçois se maintient à la 13e place du général, à 7’02’’ du leader.

« Ce fut une belle spéciale, je suis content de démarrer enfin ! Le tracé était très rapide, avec beaucoup de pilotage, des passages dans la boue, il fallait être prudent. Sur ce terrain, Loeb a dû se régaler : il y avait des pistes étroit