Pedrero et Metge sur le bon tempo

Joan Pedredo s’est classé 16e de la 3e étape du Dakar, disputée entre San Miguel de Tucuman et San Salvador de Jujuy, à 33’56’’ du vainqueur. Le pilote espagnol du Team Sherco TVS Rally Factory figure à la 14e place du classement général, à 35’10’’ du leader.

« Joan a commis une petite erreur de navigation en début de spéciale, il a tourné quinze minutes pour chercher le bon cap, comme de nombreux pilotes. Puis il a attaqué et a bien terminé l’étape. Demain (jeudi), il partira de la 16e place. Rien n’est perdu, il est bien en forme et très motivé. La moto est parfaite malgré les 5000 mètres d’altitude ».

Adrien Metge s’est classé 32e de l’étape à 59’50’’ du vainqueur. Il est 68e à 2 h 52’54’’ de la tête du classement général. « Parti du bas du classement, Adrien a effectué une superbe remontée et s’est battu dans la poussière. Il partira demain d’une meilleure position. Quant à Aravind, il a chuté au bout de 40 km et s’est cassé l’épaule. Il a été rapatrié en hélico. Son rêve de Dakar s’arrête là ».

Ce jeudi, 4e étape entre San Salvador de Jujuy et Tupiza (521 km dont 416 km de spéciale)

« Je me régale dans ce rôle de manager »

« Il fait très chaud, près de 50 degrés ! Mais je me régale dans ce rôle de manager du Team Sherco TVS Rally Factory. Hier, il y avait beaucoup d’émotions, nous avons fêté la victoire d’étape de Joan avec les neuf personnes du team, une équipe très efficace et soudée derrière Joan. Cela m’a rappelé les très bons souvenirs de ma victoire lors de la première étape du Dakar 2010 au guidon d’une Sherco.

Arrivé 11e de la 2e étape, entre Resistancia et San Miguel de Tucuman, Joan Pedrero se classe 9e du classement provisoire. Demain (mercredi), il partira d’une position idéale pour une très grosse journée.

Suite à un incident technique, Adrien Metge a été retardé, tout comme Aravind qui souffre d’une main. Tous deux ont assuré et seront au départ demain, prêts à faire briller les couleurs du Team Sherco TVS Rally Factory.

Ce mercredi, 3e étape San Miguel de Tucuman – San Salvador de Jujuy (780 km dont 364 km de spéciale)

Joan Pedrero en tête du Dakar !

« Il fait vraiment très chaud ! C’est très dur pour les organismes. Nous sommes sortis du Paraguay pour arriver en Argentine, mais la chaleur est toujours là. Nous sommes au bord d’un circuit automobile et la température est de 45o. Nous avons traversé des plaines dans la pampa. A la frontière, il y avait énormément de contrôles avec des chiens. Mais tout s’est bien passé et nous sommes au bivouac de Resistancia. Joan Pedrero a réalisé une magnifique première spéciale du Dakar 2017 entre Asuncion et Resistancia l’emportant devant Brabec, 2e à 12 secondes. Une pénalité a été donnée à Xavier de Soultrait, laissant ainsi la victoire au pilote Sherco.

Adrien Metge est arrivé très fort dans une étendue d’eau et a chuté. Il a perdu 10 minutes pour remettre en route sa moto, mais tout va bien, il n’est pas blessé. Le problème est qu’il va partir demain (mardi) très loin derrière et qu’il devra remonter dans la poussière. Quant à Aravind, il poursuit son petit bonhomme de chemin, il a repris ses marques et a assuré ».

« Vivement que le Dakar commence ! »

 « Il fait chaud ici, 40o et c’est très humide. Nous avons été très bien accueillis à Asuncion (Paraguay) par un Français ami de la famille Teissier. Nous sommes hébergés dans de très bonnes conditions dans une maison située à la sortie de la ville, au bout de 3 km de piste. Nous avons pu procéder au stickage des motos ainsi qu’aux réglages des appareils de navigation. Nous sommes dans la brousse, il y a des bruits d’animaux. Cela contraste avec la ville d’Asuncion où l’on tombe sur beaucoup de trafic, de bouchons. En ville, nous sommes surpris par la différence entre les magasins de luxe et les petites boutiques tenues par des pauvres. Dans cette maison, nous avons bien profité de ces moments de préparation, tout s’est déroulé parfaitement. Les « vérifs » du Dakar 2017 sont terminées, les trois motos du Team Sherco TVS Rally Factory ont obtenu leur autorisation officielle de départ. Nous avons retrouvé avec bonheur la caravane du Dakar. Nous constatons aussi la présence de teams importants, de gros investisseurs sur ce Dakar. Demain (lundi), la première étape est une mise en jambes comportant une spéciale de 39 km. La piste est très sèche, mais il peut y avoir des orages. On s’attend à tout sur ce Dakar ! ».

Le nouveau défi de David Casteu

Vu sur le site du Dakar (www.dakar.com), un article sur David :
Après treize participations au Dakar en tant que pilote moto, David Casteu enfile cette année un nouveau costume en prenant les commandes de l’équipe Sherco. Un nouveau défi que le Niçois embrasse avec toujours autant de passion que d’ambition.
Il y a dix ans, David Casteu terminait à la deuxième place de la dernière édition africaine du Dakar derrière un certain Cyril Desprès. C’était la cinquième participation de celui qui courait alors sous les couleurs KTM. Entre 2009 et 2016, Casteu a bouclé huit Dakar supplémentaires en signant quelques places d’honneur. Il a aujourd’hui tourné la page. « Je me suis rendu compte l’an dernier que je ne trouvais plus ce que je cherchais, explique le Niçois. Il y a une nouvelle génération qui arrive, il faut savoir laisser la place. » Sollicité par Sherco pour en prendre en mains l’équipe que le constructeur nîmois engage en rallye-raids, David n’a pas été long à donner son accord. « C’était une offre impossible à refuser, s’enflamme-t-il. C’est aussi une belle reconnaissance de la part d’un constructeur français ambitieux. J’ai l’expérience du management, de la recherche de sponsors, et aussi du haut niveau… J’aurais aimé avoir, plus jeune, un Casteu à mes côtés pour m’aider à ne pas faire les erreurs que j’ai commises. » Ce n’est pourtant pas sans un pincement au cœur que le nouveau manager du team Sherco assistera au départ de Juan Pedrero Garcia, Adrien Metge et Aravind Prabhakar, ses trois protégés. « L’adrénaline ne sera pas la même, confesse David. On n’arrête pas une carrière de pilote aussi facilement, mais le challenge est tellement excitant que je serai vite plongé dans mon nouveau défi. »