Organisation du championnat du monde de l’IRONMAN

David, ambassadeur de la ville de Nice, était présent à la Villa Masséna pour l’annonce de l’organisation du championnat du monde de l’IRONMAN 70.3 à Nice en septembre 2019.

En compagnie de Christian Estrosi, Philippe Pradal, maire de Nice, Yves Cordier (IRONMAN France) et Hans-Peter Zurbrugg (IRONMAN Europe).

Charles Cuypers : « Objectif Dakar 2018 »

2015 : Charles Cuypers (Team Casteu Aventure) est en course sur le Dakar en moto. Alors qu’il reste quatre jours avant l’arrivée, sur la piste entre Chili et Argentine, il est victime d’un accident.

Deux ans plus tard, il raconte : « Je n’ai pas encore compris ce qu’il s’est passé. Je suis passé par devant et je me suis fracturé le fémur et les deux épaules. J’étais un peu fatigué et plus très présent. Après un mauvais enchaînement dans du fesh-fesh, l’arrière de la moto est parti et j’ai volé sur un grand champ de pierres. J’ai rebondi trois fois, j’ai entendu trois fois ‘‘crac !’’. Après ça a piqué ! »

Quelques mois de rééducation plus tard, Charles n’a qu’un but : remonter sur une moto. « J’ai commencé par une machine de trial, puis, en mai 2016, j’ai pris le départ du Merzouga Rallye. J’ai fini en milieu de tableau, ce fut une très belle reprise. En juin 2016, j’ai enchaîné avec la Sardaigne. Ce fut très dur, je termine en queue de peloton, mais très content car c’était très technique et de très haut niveau. En octobre 2016, j’ai fait le Rallye du Maroc. Ça m’a libéré, c’était la dernière manche du Mondial et je regagne quatre places le dernier jour ».

N’ayant pu prendre le départ du Dakar 2017 pour raisons professionnelles, Charles vise

l’édition 2018. « Avant cela, je participerai au Merzouga Rallye en mai, à la Baja Aragon en juillet et au Rallye du Maroc en octobre. Pour la Hongrie et le Portugal, j’aviserai ».

Pour affiner sa préparation physique et son pilotage, son manager David Casteu, l’a inscrit, sur ses terres, à Tanneron, à l’ouverture du championnat de ligue PACA de trial. « J’ai beaucoup aimé, c’est la base du pilotage moto. Il faut être très concentré. Le trial ne permet pas d’avoir de moment de faiblesse. C’était ma première course de trial ».

De quoi être fin prêt pour le Dakar 2018 dont il prendra le départ sous les couleurs du Team Casteu Aventure : « Pour le Dakar, je ne jure plus de rien. Mon but est d’arriver et essayer de garder un rythme qui ne me mette pas dans les camions et les voitures. Je vais essayer d’être plus constant dans ma concentration, dans mes efforts, plus performant en dépensant moins d’énergie ».

David, parrain des Victoires du sport de la ville de Nice

Lundi soir au palais Acropolis, a eu lieu la soirée des Victoires du sport de la ville de Nice. Parrain de l’événement, David a reçu un magnifique hommage de la part de Christian Estrosi, président du conseil régional et de la métropole Nice-Côte d’Azur, d’Alain Pradal, maire de Nice. Le journaliste Christophe Josse qui animait la soirée a retracé la carrière de David, arrivé sur la scène par une nacelle descendant du ciel. Une superbe présentation suivie d’une vidéo prise sur la Prom’ et d’un film retraçant sa carrière. Plus tard, Christian Estrosi a offert à David un casque magnifiquement décoré par le peintre niçois Patrick Moya. Enfin, David a participé à la remise des médailles des victoires du sport. Ont été honorés le parasnowboarder Maxime Montaggioni, la boxeuse Adeline May et le footballeur Malang Sarr.

David Casteu avec Michel Disdier et Christian Estrosi au Paul-Ricard

David Casteu s’est rendu lundi sur le circuit Paul-Ricard à l’occasion du premier conseil d’administration du Groupement d’intérêt public qui porte le retour du Grand Prix de France de Formule 1. Il est venu soutenir Michel Disdier, seul pilote français en Nascar, qui participait à une séance de roulage au volant d’une Transam au moteur Chevrolet V8 de 525 chevaux. David a aussi rencontré Christian Estrosi, président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, venu s’essayer au pilotage de la Transam, puis d’une monoplace. Une séance à laquelle s’est joint Renaud Muselier, président délégué de la Région.

 

David parrain du Salon de la moto de Vence

Deux jours après sa 9e place au Rallye de Sardaigne, David s’est rendu au salon de la Moto de Vence.
Le Rotary Club de Vence qui organisait ce salon, lui avait demandé d’être le parrain de la manifestation.
Plusieurs concessionnaires venus de tout le département 06 ont présenté leurs derniers modèles tandis que le Moto-Club de La Gaude s’occupait des animations. Des jeunes pilotes du club dirigé par Bruno Albero ont régalé le public de leurs acrobaties et figures de freestyle.
« Notre but est de reverser les bénéfices à des structures prenant en charge les accidentés de la route » a expliqué Nadine Buré, présidente du Rotary Club de Vence et organisatrice du salon.
Présent au moment de l’inauguration, Francis Lemoine, médecin coordinateur du Centre hélio-marin de Vallauris, a remercié le Rotary Club de Vence pour sa participation à l’achat d’un logiciel permettant aux accidentés de réapprendre à parler et à conduire. Etaient aussi présents Loïc Dombreval, maire de Vence ; Henry Trompier, représentant Charles-Ange Ginesy, député des AM ; Christine Faity, adjointe au maire, déléguée aux sports et aux associations. David a ensuite pris la direction du Maroc pour une semaine d’entraînement physique et de reconnaissance.

Photos : David et sa KTM 450 aux côtés de Nadine Buré, présidente du Rotary Club de Vence, de Bruno Albero, président du Moto-Club de La Gaude, et avec des admirateurs.

Interview de Rodrig Thain

Rodrig Thain, qui êtes-vous ?

« J’ai 36 ans, je vis à Arras dans le Pas-de-Calais avec Emilie et nous avons une fille de 4 ans. Après une carrière dans le cross et le supercross, je me suis mis à l’enduro de 2008 à 2013. J’ai été vice-champion du monde E1 en 2012, double vice-champion de France en 2011 et 2012. Je suis le pilote français le plus titré aux ISDE, les ayant remportés cinq fois avec l’équipe de France. J’ai ensuite arrêté l’enduro en 2013 et j’ai pensé au rallye-raid. Car pour moi, le Dakar, c’est un rêve d’enfant ».

Pourquoi la Sardaigne ?

« J’ai l’opportunité de rouler avec un road-book dans cette épreuve de championnat du monde. J’ai l’intention de faire un bon résultat sur le Dakar cette année. J’ai rêvé de supercross, de motocross, d’enduro et maintenant, c’est le Dakar. Je veux faire partie des favoris d’ici 2 ou 3 ans. Je roulerai sur une Husqvarna 450. Je remercie mes amis et partenaires, la famille Coquelle et les Transports Coquelle ».

Pourquoi le team Casteu ?

« Lors du dernier Dakar, j’ai beaucoup entendu parler de lui en bien, sur le plan humain, de son équipe et de son organisation. Je l’ai rencontré et il m’a convaincu. Je n’ai pas voulu partir tout seul. Je remercie David d’avoir accepté au sein du team Casteu ».

Quoi de neuf dans le team Casteu ?

Trois mois après le Dakar, comment vont David Casteu et ses pilotes?

davidDavid Casteu : « Profiter de la bonne image du team »
Une semaine après le Dakar, j’étais sur mes skis dans ma région, à Auron et Isola 2000. Maintenant, je vais participer à plusieurs courses d’enduro dont l’ouverture du championnat de France à Privas. Pour moi, c’est un bon moyen d’être dans une dynamique de course et de faire de la promotion pour le rallye-raid et de repérer des jeunes susceptibles de devenir des pilotes de cette discipline.
A 41 ans, je suis le meilleur Français du Dakar 2015. J’en suis très fier, mais la relève tarde à arriver.Ensuite, je préparerai les Dakar Series (les rallyes d’Argentine, de Sardaigne, du Paraguay et du Pérou).
Grâce à notremédiatisation dans la presse et à la télévision, nous avons réussi à véhiculer une bonne image du team. Aujourd’hui, nous sommes reconnus par tous, pilotes, teams, organisateurs, etc. Lors de ce Dakar, j’ai appris énormément. C’est une aventure extraordinaire avec des gens très différents dans leur motivation, leur caractère, leur physique. C’est très intéressant dans une vie de manager d’amener des gens au bout d’eux-mêmes. C’est une très belle satisfaction personnelle.Pour le prochain Dakar, l’objectif est d’emmener huit pilotes au bout de leurs rêves.

romainRomain Souvignet : le Dakar entre parenthèses
Romain est directeur général d’Obut et met la priorité sur sa société pour laquelle il a beaucoup de projets. Il est rentré très déçu du Dakar. Sa première semaine exceptionnelle a été magnifique. Il roulait propre, était au top physiquement. Il est tombé bêtement. Il s’est cassé le poignet. Il a rattaqué le vélo pour se faire une belle condition physique. Il remontrera sur la moto en août et prendra sa décision en septembre quant à sa participation au Dakar 2016.

 

charlesCharles Cuypers, un grand monsieur
Charles a chuté à quelques jours de l’arrivée. Jusque là, il était vraiment très bien. Il a énormément compensé son manque de technique par son physique. Comme il le dit lui-même, « Le Dakar n’est pas terminé », il est encore à fond dans la rééducation, il a subi trois anesthésies générales. Il s’est fracturé le fémur et s’est blessé aux deux épaules. On est à fond derrière lui. « Réserve-moi une place pour 2017 » m’a-t-il dit. Il sera présent en Sardaigne, je l’ai nommé manager de l’équipe, il sera l’observateur de l’équipe. C’est un grand monsieur.

tintinCharles Monier à fond pour le prochain Dakar
Il est rentré du Dakar des étoiles plein les yeux. Quand il a vu sa moto rentrer d’Amérique du Sud un mois après, il était comme un gamin. Il est reparti à fond pour le prochain Dakar, il a une motivation énorme. Sa femme enceinte va accoucher d’une petite fille en juillet. Ilsuit des stages avec des pilotes d’enduro. Il sera en Sardaigne avec moi. C’est la jeunesse et l’envie de bien faire.

 

 

thierryThierry Domenach est allé au bout de lui-même
Il est rentré avec beaucoup d’images de souffrances dont il rêve toutes les nuits. Il en a mal aux bras le matin !Il est allé au bout de lui-même, physiquement et moralement.On a tout fait pour l’amener jusqu’à l’arrivée… Il a fini le Dakar, il l’a fait… Aura-t-il la force de repartir ? Je ne sais pas.

 

 

Jean-Chrjcistophe Ménard inspire le respect
Il est rentré avec énormément de frustration. Il est tombé avec sa moto dans une eau à zéro degré, ce qui a entraîné la casse d’un ressort de soupape. Maintenant, il a remonté une auto-école et s’est remis à fond dans le boulot. Il inspire le respect, il apporte beaucoup à l’équipe. Il sera en Sardaigne avec nous. A 50 ans cette année, il est très motivé pour repartir pour le Dakar 2016.

 

David Casteu rencontre son public

Samedi 7 février 2015 à 11 heure au Musée national du sport

Le pilote niçois David Casteu (KTM) s’est classé 7e et premier Français du classement moto du Dakar 2015. Le champion du monde 2010 évoquera sa carrière et dialoguera avec son public, le samedi 7 février à 11 h, à l’auditorium du Musée national du sport, Allianz Riviera.

Animation ouverte au public, suivie d’une visite du Musée.
Renseignements : tél. 04.89.22.44.00

David invité à l’ouverture du musée national du sport à Nice

En juin dernier, David a été invité à l’ouverture du musée national du sport à Nice. Juste avant le grand public, des champions, des présidents de clubs, des élus et SAS le prince Albert II de Monaco, ont découvert les
trésors de l’établissement national.
L’inauguration officielle aura lieu en septembre, a annoncé Christian Estrosi, député-maire de Nice, accompagné par SAS le prince Albert II de Monaco, membre du CIO, Eric Ciotti, président du conseil général des Alpes-Maritimes, entourés d’une pléiade de champions niçois, azuréens et français.

Aux côtés de David Casteu, citons Philippe Candeloro (patinage), Bernard Thévenet, Fabien Barel (cyclisme), Marielle Goitschel (ski), Mickael et Lionel Meloul (taekwondo), Stéphane Diagana (athlétisme), Loïc Pietri (judo), Jeff Tordo (rugby), David Casteu (moto), Edmond et Jérôme Ardissone, Jonathan Pastorino (full-contact), Jean-Pierre Rivère, Claude Puel, Alexy Bosetti, Eric Bauthéac (football), Sonia Fiuza (karaté), Camille Muffat, Charlotte Bonnet, Fabrice Pellerin (natation), Valérie Nicolas, Nodjialem Myaro(handball), etc. David s’est longuement entretenu avec SAS le prince Albert ainsi qu’avec Christian Estrosi au cours d’une visite très instructive.

LEGENDE
photo 1 : De gauche à droite : David Casteu, Eric Ciotti, Albert
II de Monaco, Christian Estrosi, Eric Bauthéac et Alexy Bosetti.
photo 2 : Philippe Candeloro et David Casteu entourant Albert II de Monaco.
photo 3 : De gauche à droite : Eric Ciotti, Albert II de Monaco, Christian
Estrosi et David Casteu.